RENCONTRER LES ETHNIES DU NORD
Vietnam Cultures d'ailleurs

RENCONTRER LES ETHNIES DU NORD

Le Vietnam est un pays multiethnique et multiconfessionnel complexe. Il compte 54 ethnies reconnues par le gouvernement, mais on en inventorie environ 75. Les Viêt, également appelés Kinh, constituent l’ethnie majoritaire du pays et représentent 86 % de la population totale du Vietnam. Les 53 autres sont donc minoritaires, et 30 à 40 % d’entre elles vivent dans les montagnes du nord.

Aujourd’hui, toutes ces ethnies cohabitent en harmonie. Les minorités ne représentent que 14 % de la population totale du Vietnam, mais elles occupent les deux tiers de la superficie du pays. Si les Viêt vivent principalement sur les côtes et les plaines, les ethnies minoritaires occupent les montagnes et toute la frontière ouest du pays. En s’éloignant des villes côtières et en partant à moto dans les provinces de Hà Giang et Cao Bang, nous avions toutes les chances de découvrir ce large éventail d’identités culturelles puisque les minorités y représentent 80 % de la population.

 

 

PARTIE 1 : PREMIER APERÇU GRÂCE AU MUSÉE D’ETHNOGRAPHIE DU VIETNAM

 

Notre premier arrêt à la découverte des ethnies du Vietnam s’est fait à Hanoï. Le musée d’ethnographie du Vietnam y a en effet été inauguré en 1997, en présence de Jacques Chirac. La France a participé activement au financement du musée à hauteur de 2,4 millions de francs et l’architecture intérieure a été réalisée par une architecte française.

Le musée se divise en trois parties. La première que nous ayons visitée est l’espace d’exposition permanent, qui présente les 54 ethnies du Vietnam. C’est bien sûr la partie qui nous intéressait le plus et qui justifiait notre venue. Des objets de la vie quotidienne sont exposés ainsi que des habits traditionnels, des outils, des portraits et même des maisons reconstituées. L’espace est très beau, mais on s’y perd vite : chaque ethnie est présentée de manière détaillée, il est impossible de tout retenir ! Les informations sont indiquées en trois langues : vietnamien, anglais et français. Sont présentées les façons de vivre, de pêcher, cultiver, l’architecture, les vêtements, etc., mais aussi les origines ethniques, les dialectes parlés, la répartition géographique, la population… Le musée est très complet.

On peut donc retenir que les ethnies du Vietnam sont divisées en cinq groupes linguistiques : les Austronésiens, les Austroasiatiques, les Tay-Kadaï, les Sino-Tibétains et les Miao-Yao. Certaines minorités sont très faciles à identifier en raison de leurs vêtements, mais pour beaucoup la tâche n’est pas forcément évidente. La plupart des hommes que nous avons vu portaient des vêtements occidentaux, alors que les femmes étaient souvent en habits traditionnels.

En général, les vêtements sont confectionnés à la main. Une femme peut passer plusieurs mois voire plusieurs années à les réaliser, comme c’est le cas des femmes Lo Lo qui mettent des mois à broder des motifs sur leurs vestes. Ces habits permettent de montrer l’appartenance au clan et de préserver leur identité culturelle. D’ailleurs, la plupart des minorités sont connues sous des noms désignant la couleur de leurs vêtements, comme les Hmong noirs ou fleur, les Dao rouges, les Lo Lo noirs ou bariolés, etc. Les techniques de fabrication ne sont pas les mêmes d’une ethnie à une autre, tout comme les couleurs et les motifs utilisés.

Le deuxième espace d’exposition est situé à l’extérieur : il s’agit d’un immense parc dans lequel sont exposées dix maisons aux architectures différentes. Certaines minorités privilégient les maisons sur pilotis, d’autres les habitations de plain-pied ou encore avec des murs en terre battue, des toits de tuiles ou de chaume, etc. Selon la région et le type de terrain, chacune s’adapte et crée ses spécificités. Les maisons présentées sont toutes très impressionnantes, et on peut entrer dans toutes pour visiter l’intérieur à condition d’enlever ses chaussures.

 

Une maison traditionnelle dans le jardin du musée

 

Enfin, le troisième espace est dédié à l’Asie du Sud-Est de manière plus générale. Cet espace a été construit plus tardivement que le reste du musée puisqu’il a été inauguré en 2013. Ce n’est pas la partie qui nous intéressait le plus, nous n’y avons fait qu’un tour rapide, le reste étant déjà très long à visiter.

En plus du musée en lui-même, il faut souligner que l’établissement est également un centre de recherches.

 

Notre road trip nous a mené dans la région nord, à la frontière de la Chine, où vivent principalement les minorités Hmong, Dao, Nung, Tay, Lo Lo et La Chi. On l’a vite compris, les ethnies du Vietnam sont nombreuses et chacune a une façon de vivre et un dialecte qui lui sont propres, mais aussi des traits communs avec les autres. Leurs différences contribuent à la diversité culturelle du pays. Aujourd’hui, les particularités de chaque groupe ethnique sont considérées par le gouvernement vietnamien comme un faire-valoir permettant de développer le tourisme. Il faut donc faire preuve de prudence lorsque l’on souhaite aller dans les villages des minorités, comme on l’expliquera en racontant notre expérience chez les Lo Lo !

 

Les Hmong

Les Hmong vivent principalement dans les hauteurs et forment un peuple de montagnards. Leurs ressources principales proviennent de l’agriculture. Les Hmong pratiquent notamment la technique du brulis et cultivent le riz et le maïs ainsi que des légumes. Ils possèdent également des animaux d’élevage, notamment des buffles et des chevaux pour le travail dans les cultures. L’artisanat est très présent dans les communautés, et les Hmong sont notamment réputés pour le travail du chanvre.

 

Des Hmong dans un champ de maïs avec un buffle et une charrue

 

On compte plusieurs groupes de Hmong, qui se distinguent selon la couleur de leurs vêtements : Hmong blanc, noir, vert, fleuri, rouge… Les femmes portent une jupe ample assorti d’un corsage ouvert. Chaque groupe a ses propres codes vestimentaires.

 

Une jeune Hmong sur le marché de Dong Van

 

Une Hmong Fleur au marché de Vinh Quang

 

Les Hmong croient aux génies et obéissent à plusieurs hiérarchies. La hiérarchie du lignage veut que chaque lignée soit soumise à l’autorité d’un chef. Les Hmong ne sont d’ailleurs pas autorisés à se marier s’ils appartiennent à la même lignée. La seconde hiérarchie est liée au lieu d’habitation, chaque Hmong faisant partie d’un hameau doit respecter les règles de celui-ci mises en place par le chef du village.

Au cours de l’histoire, le peuple Hmong a souvent été amené à se révolter contre le gouvernement vietnamien ainsi que les autorités coloniales, mais il s’est aussi régulièrement associé aux occidentaux. Lors de la colonisation, les Français ont encouragé les Hmong à produire de l’opium qu’ils taxaient afin de financer l’administration française. De nombreux Hmong se sont aussi engagés dans l’armée française pour partager leur connaissance des régions montagneuses du Vietnam. Pendant la guerre du Vietnam, des Hmong ont été également recrutés par la CIA pour combattre les Viet Minh.

 

Des Hmong sur le marché de Dong Van

 

 

Les Dao

Venus de Chine, les Dao se divisent en de nombreux groupes locaux ayant chacun leurs particularités culturelles. C’est l’ethnie des Dao rouges que nous avons rencontrée. Nous avons séjourné dans leur petit village situé dans les hauteurs près de la commune de Thong Nguyen, dans le district d’Hoang Su Phi.

Les Daos vivent principalement dans les localités montagneuses du nord du Vietnam. On y dénombre quelque 700 000 individus. Ils vivent de la culture de céréales, principalement le millet, le maïs et le manioc, et pratiquent également la pêche, la chasse et l’élevage d’animaux.

Les femmes Dao rouges portent un pantalon et une tunique teints à l’indigo, serrés par une ceinture, avec des bordures rouges. Pour les hommes, un pantalon teint à l’indigo retenu par une ceinture ainsi qu’une veste courte et ouverte pour le haut constituent les habits traditionnels, mais il faut savoir que les vêtements varient là encore selon les groupes.

 

Une dao à tunique longue

 

Une dao au marché de Dong Van

 

Les Dao pratiquent le culte des ancêtres mais sont fortement influencés par le Taoïsme. Ils possèdent également leurs propres coutumes matrimoniales. C’est la femme qui, une fois mariée, vient rejoindre la famille de son mari. Ce dernier doit, avant le mariage, séjourner dans la famille de sa fiancée pour y travailler gracieusement.

La maison dao dans laquelle nous avons dormi n’avait rien de traditionnel puisque toute en béton. Elle était néanmoins située au sommet de magnifiques rizières en terrasses. En temps normal, les maisons dao sont construites soit sur pilotis, soit à même le sol, dépendant du terrain.

Malheureusement, nous avons passé une nuit dans un village dao rouge mais nous n’avons vu personne en tenue traditionnelle.

 

 

Les Lo Lo

Les Lo Lo constituent une toute petite minorité du Vietnam comptant environ 4000 personnes. Ils vivent principalement dans les provinces d’Hà Giang et de Cao Bang. Nous avons vu les Lo Lo bariolés près de la commune de Lung Cu, le point le plus septentrional du Vietnam, et les Lo Lo noirs près de Bao Lac. Seuls leurs costumes les distinguent, autrement ils parlent la même langue et ont les mêmes croyances. Ce sont d’ailleurs les autres ethnies qui les appellent noirs ou bariolés, en référence à leurs vêtements.

Les femmes Lo Lo noires portent une jupe noire et une veste noire aux manches colorées, appelée lolo. C’est cet habit traditionnel qui a donné son nom à la minorité. Les Lo Lo bariolés portent quant à eux des pantalons indigos et des vestes de couleurs vives.

 

Des femmes Lo Lo à la source du village

 

Le village des Lo Lo noirs où nous avons eu la chance d’être accueillis était constitué de maisons en bambou sur pilotis. Sous la maison, à même le sol, se trouvaient les animaux et de gros sacs de riz. C’est l’espace qui semble servir de lieu de stockage. L’étage est une vaste pièce dans laquelle on trouve le foyer, un autel dédié aux esprits et à Hô Chi Minh ainsi que deux petites chambres à l’arrière. A l’avant, chaque maison est pourvue d’une grande terrasse.

Les Lo Lo vivent de la culture du riz et du maïs, et ils élèvent également des animaux. Lors de notre passage, nous avons vu notamment des poules, des vaches et des cochons.

Les jeunes Lo Lo sont libres de décider avec qui ils souhaitent se marier. Il est de bon augure de demander à un couple d’entremetteurs d’arranger le mariage, pour que la présence d’un couple déjà marié assure le bonheur familial. C’est l’oncle de la future mariée qui reçoit les offrandes apportées par le jeune homme. La tradition veut que ce soit toujours l’oncle qui ait un pouvoir de décision dans la famille Lo Lo.

Lors de rites importants dédiés aux ancêtres et aux obsèques, les Lo Lo utilisent des tambours de bronze, censés connecter le monde des vivants et celui des esprits. Après un décès, la famille du défunt organise la danse de l’esprit afin de guider son âme vers ses ancêtres.

 

 

Les La Chi

C’est tout au nord du Vietnam, dans le petit village appelé Ban Phung, que nous avons découvert cette minorité. Le village est situé à quelques kilomètres seulement de la Chine, et nous a paru très isolé, enfoncé comme il l’est dans les montagnes. Pour y accéder, il faut conduire sur une route en terre à flanc de montagnes et de rizières en terrasses magnifiques pendant une quinzaine de kilomètres. Le village est situé tout au bout. Il est divisé en huit petits hameaux, soit perchés soit nichés en contrebas des rizières. Tout comme les Hmong et les Dao, les La Chi sont les auteurs de magnifiques rizières en terrasse, ils façonnent les montagnes pour cultiver le riz.

 

Vues sur les rizières en terrasses et les maisons des La Chi

 

Le paysage est très impressionnant, malheureusement les La Chi, nous l’avions déjà évoqué ici, ne nous ont pas réservé un accueil des plus chaleureux. Timides voire méfiants, nous n’avons pu parler qu’à quelques personnes dans le village. Les autres, y compris les enfants, ne voulaient pas vraiment nous regarder ni être pris en photo.

On a pu immédiatement remarquer leurs habits sobres. Les La Chi portaient tous un vêtement de couleur indigo constitué d’une longue tunique, d’une ceinture, d’un pantalon et d’une coiffe pour les femmes. Les hommes portent eux aussi des habits foncés.

 

Une jeune La Chi dans les rizières

 

D’une population dépassant à peine les 11 000 individus au Vietnam, les La Chi forment une toute petite ethnie, mais ils se distinguent par leurs pratiques funéraires. Sur les flancs des montagnes entourant les hameaux, il est possible de voir des tiges de bambou plantés à la verticale dans le sol et surmontés d’une tête de buffle. Ces cannes marquent en réalité les tombes des La Chi. Lorsqu’un membre de la communauté meurt, sa famille se doit de lui offrir un buffle en sacrifice. La tête du buffle est plantée sur une tige de bambou et placée devant la tombe. Cette tradition provient d’une croyance particulière : pour les La Chi, le défunt part dans un autre monde, où il aura besoin d’un buffle pour labourer la terre et s’enrichir. En se promenant autour des hameaux, il est possible d’apercevoir de nombreuses cannes surmontées de têtes de buffles.

 

Les cannes surmontées de têtes de buffles

 

 

Les Nung

Là encore, nous avons déjà mentionné les Nung et leur incroyable artisanat dans cet article. Nous nous sommes arrêtés voir leurs villages dans la province de Cao Bang et les fameux couteaux et autres outils agricoles fabriqués par leurs soins alors que nous nous rendions aux chutes de Ban Gioc.

Les villages des Nung sont généralement divisés en petits hameaux. Chaque hameau comporte quelques dizaines de maisons. La plupart de celles que nous avons vu avaient des toits de tuiles et ne comportaient qu’un étage. Autour s’étendaient des champs à perte de vue, surtout de maïs. Les Nung sont en effet de grands agriculteurs, vivant principalement de la culture du riz, du maïs, du millet, de fruits et légumes variés, ainsi que d’artisanats divers.

 

Une ruelle du village des Nung près de Cao Bang

 

La langue parlé par les Nung appartient au groupe linguistique Tay-Thai. C’est le troisième langage le plus parlé de ce groupe, derrière les langues des Tay et des Thai. On dénombre environ 1 million de Nung au Vietnam. En Chine, les Nung sont reconnus sous le nom de Zhuang avec l’ethnie Tay dont ils sont très proches.

L’habit traditionnel des Nung est fabriqué à partir d’indigo, symbolisant la loyauté. Il a été rendu célèbre par Hô Chi Minh qui le portait lors de son retour au Vietnam en 1941. Nous n’avons vu aucun Nung le porter lors de notre passage dans les villages de Cao Bang.

 

Des femmes Nung au marché de Vinh Quang

 

 

Les San Chay

Les San Chay sont moins de 200 000 individus vivant principalement au nord-est du Vietnam. Ils se divisent en deux groupes parlant deux langues différentes, l’une proche du dialecte Han et l’autre similaire au Tay.

Ils vivent dans des régions montagneuses très reculées et pratiquent la culture sur brulis. Leurs habits traditionnels sont sobres. Les femmes portent une longue tunique ainsi qu’une coiffe de couleur noire avec des bordures rouges.

 

Des femmes San Chay au marché de Bao Lac

 

Les San Chay pratiquent le culte des ancêtres. Chaque lignage a ses propres coutumes et vénère un génie spécifique. C’est le père qui est le chef de famille. Les règles matrimoniales sont particulières. C’est la famille du marié qui doit organiser le mariage, mais la mariée vit avec ses parents. Elle ne part s’installer chez son mari qu’après avoir eu des enfants.

 

 

 

PARTIE 2 : LES MARCHÉS INTERETHNIQUES

 

Les marchés du nord du Vietnam sont hauts en couleurs. Certains sont très touristiques, d’autres moins voire pas du tout. Dans tous les cas, ils réunissent des minorités descendues des montagnes dans le but d’acheter et de vendre. La plupart sont fièrement parées de leurs habits traditionnels, qui se mélangent joyeusement. Ces moments passés à nous balader dans les marchés, au milieu des étals et des négociateurs, nous ont semblé presque hors du temps.

Nous avons eu l’occasion d’aller à trois marchés : celui de Dong Van, celui de Vinh Quang et celui de Bao Lac. Ils n’ont pas tous lieu les mêmes jours de la semaine, il faut donc se renseigner.

Le troisième, celui de Bao Lac, est celui qui nous a le moins plu. Certes, il y avait les fameux Lolos noirs, descendus de leurs petits villages perchés dans les montagnes, mais nous avons trouvé le marché petit, moins coloré que celui de Dong Van et moins agréable parce que situé de part et d’autre d’une large route. Le marché de Bao Lac se tient tous les cinq jours selon le calendrier lunaire. Notre tour en a été assez rapide.

 

Des Lo Lo au marché de Bao Lac

 

En revanche, aller voir les marchés de Dong Van et de Vinh Quang a été une expérience incroyable et hors du commun. Ces marchés se tiennent tous les dimanches matins.

Le marché de Dong Van est le lieu de rassemblement de nombreuses ethnies, notamment les Hmong, pour la plupart habillés en vêtements traditionnels. Nous n’avons croisé qu’une petite poignée de touristes venus comme nous se perdre dans les étals. Le marché est immense, en faire le tour nous a pris environ deux heures, surtout que nous nous sommes arrêtés souvent pour prendre des photos des étals et parfois des locaux s’ils étaient d’accord. La plupart ne prêtait pas vraiment attention à nous, on est bien loin des marchés touristiques où on se fait alpaguer toutes les minutes. Nous avons plutôt croisé des regards curieux à notre égard, ce qui nous a montré qu’on était vraiment hors des sentiers battus. A Vinh Quang, c’était pareil, sauf que nous n’avons croisé qu’un seul couple de touristes comme nous. Les minorités étaient également bien présentes, notamment les Hmong Fleuris qui nous ont captivé avec leurs vêtements roses.

 

Une Hmong Fleur sur le marché de Vinh Quang

 

 

Récit : Dong Van et les animaux

Partout, des petits groupes négocient pour acheter ou échanger des produits. Contemplatifs, on s’arrête souvent les regarder et on assiste à des scènes plus ou moins étranges. Ici, cinq femmes en tenue traditionnelle de couleur bleue tiennent une conversation animée avec un vieux monsieur qui vend des bijoux. Là, un homme échange deux poules qu’il tenait par les pattes à une femme qui lui tend un petit chiot en échange. L’opération ne dure pas plus d’une minute et chacun repart rapidement de son côté sans un regard en arrière.

 

L’échange du chiot contre les poules

 

Les étals mêlent fruits et légumes, jouets en plastique, outils de jardinage, street food, viande, poissons et fruits de mer… Nous nous laissons tenter par quelques beignets frits dans l’huile. C’est bien gras mais terriblement bon, avec un goût de riz.

La partie probablement la plus exotique pour nous est celle située en extérieur, là où sont vendus les animaux. Bétail, poulets, petits chiens, canards, cochons… Tous les animaux sont rassemblés là dans des tourbillons d’odeur nauséabonde et de cris en tous genres. Se promener dans cette section est moins agréable : on marche dans la fange et la boue, il faut éviter les vaches, et les effluves qui se dégagent sont pour le moins fortes et dérangeantes. C’est pourtant là qu’on passe le plus de temps, fascinés que nous sommes devant ce spectacle.

 

Quelques cochons sur le marché de Dong Van

 

A nos pieds, des dizaines de petits canards se dandinent près de poules attachées les unes aux autres par les pattes. On les regarde longuement. On n’a jamais vu de poules entravées de cette façon. Par groupe de cinq ou six, elles sont étendues sur le ventre et forment un cercle au milieu duquel toutes leurs pattes sont réunies. On les appelle gentiment des « bouquets » de poules, mais au fond on a mal pour elles, les pauvres.

En pataugeant un peu dans la boue, on s’approche d’un vieux monsieur un peu plus loin qui est entouré de petits chiots attachés en laisse. J’essaye de discuter avec lui pour savoir combien coûte un chiot. On sait à quoi ils sont destinés, et malheureusement ils ne deviendront pas de bons petits animaux de compagnie, mais plutôt du ragoût. J’aimerais en sauver un, mais une fois acheté il faudrait le garder avec nous. Evidemment, ce n’est pas possible. Le monsieur ne parle pas un mot d’anglais. Il lève la main et me montre quatre doigts. Je n’arrive pas à saisir s’il me dit qu’un chien vaut 40 000 ou 400 000 dôngs. J’allume mon téléphone et lui désigne la calculatrice, mais il ne semble pas comprendre. Je repars frustrée de l’échange, et je ne sais toujours pas combien vaut un chiot…

Derrière les chiots sont vendus des vaches, des veaux et des buffles. Ce sont de jeunes garçons qui s’en occupent. Ils les tirent ça et là par des cordes pour les montrer à de potentiels clients.

 

La vente d’une vache – Dong Van

 

La section réservée aux animaux se termine avec les cochons allongés dans la boue, dans une cage en métal toute tordue posée à même le sol. Un homme s’approche et désigne le plus gros. On comprend qu’il souhaite l’acheter. Intrigués, nous nous plaçons sur le côté de manière à voir comment l’échange va se passer. C’est une scène dont on se souviendra longtemps tant elle nous aura fendu le cœur. L’acheteur possède une cage en fer, qu’il pose par terre quelques mètres plus loin. Le vendeur sort le cochon de la cage commune en le tirant par les oreilles et en lui donnant des coups de pied pour le forcer à avancer. Le cochon hurle, ses cris aigus nous percent les oreilles. Après d’interminables minutes, l’animal est mené devant la cage de l’acheteur. Là, une autre partie de l’opération débute : il faut le faire rentrer dans cette nouvelle cage, qui nous semble beaucoup trop petite. Là encore, des coups et des cris. Le cochon est frappé sans cesse jusqu’à ce qu’il soit complètement rentré dans la cage. On ne sait pas comment il respire, il a l’air tellement à l’étroit dedans. On pensait en avoir fini mais non, l’impensable se produit : l’acheteur désigne un autre porc. On regarde attentivement, on a du mal à y croire. Comment vont-ils en faire rentrer un deuxième ? On a déjà tellement mal au cœur en voyant ce pauvre cochon tout serré dans sa petite cage métallique… L’acheteur n’a visiblement pas peur d’en faire rentrer un second. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment ça a été physiquement possible. Les deux hommes sont bien décidés à les placer ensemble dans la même cage. L’un se met devant le cochon et lui attrape les oreilles tandis que le second se place derrière pour le pousser avec ses pieds. Le porc hurle de toutes ses forces, il se débat. Mais la force unie des hommes finit par l’emporter et, petit à petit, il est poussé à l’intérieur de la cage aux côtés du premier porc. On regarde jusqu’au bout, entre horreur et hébétude.

Une fois que les deux cochons sont dans la cage, vient le moment de les transporter. L’acheteur revient quelques instants plus tard avec sa moto, qu’il gare juste devant. Les bourrelets des porcs dépassent des barreaux, on se demande s’ils ne vont pas suffoquer avant d’arriver à destination. La cage est tellement lourde qu’il faut plusieurs hommes pour la hisser sur l’arrière de la moto, et celle-ci manque de tomber plusieurs fois avant d’être enfin stabilisée. Comment va-t-il réussir à conduire dans les montagnes avec tout ce poids à l’arrière ? Il n’a pas l’air de s’en inquiéter, il doit être habitué. C’est vrai que nous avons vu souvent passer des motos avec des cochons vivants harnachés derrière le conducteur…

Cette scène pour le moins cruelle nous a permis de comprendre que les Vietnamiens ont peu de considération pour les animaux vivants. Pour eux, ce sont des vivres, de la nourriture et rien de plus. D’ailleurs, nous avons aussi vu une vieille dame acheter un porcelet et le placer directement dans un sac de jute pour le transporter. Une autre culture et une façon différente de voir les choses…

 

 

Vinh Quang

Dans le district de Hoang Su Phi, le marché de Vinh Quang a été une belle découverte. Différent de celui de Dong Van, il réunit d’autres ethnies, toujours vêtues de leurs vêtements traditionnels. Cette fois, on peut y croiser les Hmong Fleurs avec leurs habits roses magnifiques, ou encore les Dao Rouges, tout de noir et de rouge vêtus.

 

Le marché de Vinh Quang

 

Dans l’ensemble, le marché était assez similaire à celui de Dong Van au niveau des produits vendus. On retrouve les fruits et légumes, la viande, les jouets et outils de jardinage… mais pas de bétail. Tout au fond du marché, il y avait quelques cages remplies de poussins et de canetons, mais pas de porcs ou de chiens. Quelques buffles se promenaient en liberté mais on n’a pas vraiment compris s’ils étaient à vendre ou non.

 

Scène de vie sur le marché de Vinh Quang

 

Visiter ce marché a été particulièrement agréable, on a beaucoup aimé l’ambiance et ces vêtements traditionnels qu’on n’avait encore jamais vus du côté de Dong Van et Bao Lac. Peu habitués aux étrangers, les gens ont pour la plupart refusé qu’on les prenne en photo. Une dame m’a fait cadeau de deux concombres. Elle me les a tendus et a refusé que je les lui paye, ce qui m’a beaucoup émue.

 

Des Nung sur le marché de Vinh Quang

 

Cette générosité, on l’a retrouvée à de nombreuses reprises dans le nord.

 

 

 

PARTIE 3 : HOSPITALITÉ DU NORD

 

Notre road trip à moto nous a permis d’accéder à des villages vraiment pauvres et reculés. Parfois, les gens qu’on y a rencontrés se montraient méfiants envers nous, et d’autres fois ils semblaient curieux et contents de nous voir. Jusqu’à nous inviter à boire le thé, manger ou même dormir chez eux.

 

Sur la route

On a eu le droit à des petites attentions tout le long de la route. On s’arrête prendre une photo, et c’est toute une petite famille qui sort soudain d’une voiture à l’arrêt un peu plus loin et qui s’approche de nous pour nous offrir du maïs. Nous avons mangé les épis sur le bord de la route, en regardant la vallée qui s’étendait à nos pieds.

La famille s’est montrée très intriguée par les cheveux crépus de la française d’origine rwandaise qui nous accompagnait à ce moment-là. Ils se sont tous regroupés autour d’elle pour la toucher et prendre des mèches de ses cheveux entre leurs doigts. Amusée, elle les a laissés faire un moment.

Voyager à moto nous a aussi permis de suivre de petites routes et d’atteindre des villages reculés. Les enfants se montraient en général très enthousiastes et on a eu droit à beaucoup de « hello » de leur part et de coucous de la main.

 

De jeunes Hmong dans un village

 

Dans les homestays

Pendant ce road trip, nous avons privilégié les nuits chez l’habitant. Appelées « homestays », ce sont tout simplement des locaux qui louent des chambres dans leurs maisons. Parfois, ils se montrent distants avec leurs visiteurs, et souvent ils nous ont accueillis chaleureusement.

La première nuit que nous avons passée sur la route, nous nous sommes arrêtés devant une petite homestay située tout au bout d’un village. Nous étions six, trois couples de français. La dame qui nous a ouvert ne s’attendait pas à recevoir autant de monde d’un coup. Elle nous a montré les deux chambres du rez-de-chaussée et s’est empressée de monter à l’étage en préparer une troisième. Depuis la terrasse, elle nous a crié « I love you! » tellement elle était contente d’accueillir autant de personnes d’un coup et de pouvoir gagner un peu d’argent. Le soir, nous nous sommes installés autour d’une table à l’extérieur, et elle est partie nous chercher des bières. Les deux petites filles de la maison semblaient au départ très impressionnées de voir autant d’étrangers chez elles. Bien vite, elles ont perdu toute timidité et ont passé la soirée à jouer avec nous avec un tableau et des craies. Elles ont dessiné et nous avons essayé de leur apprendre quelques mots d’anglais et de français. Le papa les a finalement rejoint en riant et est resté un long moment avec nous. Une belle soirée passée en leur compagnie…

Dans le village de Thong Nguyen, nous avons vécu une expérience similaire. Notre hôte dao rouge a eu la gentillesse de nous inviter à dîner avec sa famille et lui. Un repas de fête qu’on a pris au-dessus d’un magnifique paysage de rizières en terrasses qui s’étendait au pied de la maison.

 

La vue depuis la maison de M. Kinh près de Thong Nguyen

 

Dormir chez les gens ?

Nous avions entendu beaucoup de choses sur le fait d’être accueillis pour la nuit chez des Vietnamiens. Apparemment, ce n’est pas possible à moins que l’hôte enregistre le visiteur étranger au commissariat le plus proche. Nous avons passé plusieurs nuits chez des gens sans être enregistrés et nous n’avons pas eu de problèmes. Norme ou coup de chance ? On ne sait pas mais l’expérience a été incroyable.

Lors de notre balade dans le village des Lo Lo noirs avec un autre couple de français rencontré la veille, nous avons été invités par plusieurs villageois à prendre le thé dans leurs maisons. Après avoir vu l’intérieur de plusieurs habitations en bambou et bu beaucoup de ce thé très amer, une femme nous a invité à venir chez elle. Elle nous a offert à déjeuner, puis à dîner et a fini par nous proposer de rester dormir.

Nous avons passé une partie de la soirée à jouer aux cartes avec son fils et, le lendemain, avons fait un arrêt dans son école. S’en est suivie une partie de volley avec quelques élèves et les professeurs. Après quelques minutes à écouter le cours, nous sommes finalement repartis pour ne pas gêner la classe. Nous étions assis tout au fond et les élèves n’arrêtaient pas de se tourner vers nous pour nous regarder !

 

La partie de volley avec les petits Lo Lo

 

Pour ceux qui ont regardé l’émission « Rendez-Vous en Terre inconnue », c’est bien dans ce village que le joueur de rugby Frédéric Michalak a eu la chance de séjourner.

 

C’est probablement du côté de Hoang Su Phi que nous avons vécu les rencontres les plus intenses et attachantes. Là encore, nous avons été invités à prendre le thé dans quelques maisons de villages reculés. En suivant une route chaotique en terre pendant deux heures, nous avons rencontré un jeune homme qui nous a invité chez lui nous reposer quelques instants et boire le thé. Il nous a même proposé de fumer le bang et nous a montré des photos de son bébé sur son téléphone. Il semblait vraiment content d’accueillir deux étrangers pour quelques instants.

Enfin, l’un des moments les plus forts de notre voyage a aussi été complètement inattendu. En conduisant sur une route qui longeait des rizières, on a décidé de s’arrêter prendre une photo. Nous n’étions qu’à quelques pas d’une grande maison traditionnelle en bambou, et nous avons aperçu deux dames qui nous observaient par la fenêtre. Après quelques échanges de sourires, elles nous ont fait signe de rentrer les voir. Le grand-père s’est chargé de la visite de la maison, il nous a montré quelques photos de famille. De fil en aiguille, ils nous ont invité à prendre une collation – du thé accompagné de concombres salés – puis à dîner avec eux et à passer la nuit.

On a passé une soirée très agréable en leur compagnie. Aucun ne parlait anglais bien sûr, mais avec des gestes on s’est compris. Il y avait les grands-parents, leur fille et son mari, et leur petite-fille. La fillette ne devait pas avoir plus de 3 ans, et elle avait l’air terrifiée par la grosse barbe de Thibaut. Elle a passé son temps à crier à chaque fois qu’elle le voyait. On lui a donné des gâteaux et ça a eu l’air d’aller mieux. Pour le dîner, on a eu droit à des bols de riz bien sûr, mais aussi du canard, tué spécialement pour l’occasion, et des sortes de courgettes. On a pu assister à toute la préparation du repas, et ils ont refusé tout net notre aide lorsqu’on a voulu les aider à faire la vaisselle.

Ces soirées passées en compagnie d’inconnus ont été pour nous les plus magiques. Même avec la barrière de la langue, il était tout à fait possible de communiquer. Le grand-père a bien rigolé alors que nous observions le moindre de ses gestes lorsqu’il préparait le canard. Nous avons pris des photos tous ensemble et essayé de dire nos âges respectifs en vietnamien. Nous avons montré des photos de nos maisons sous la neige et ils ont tous regardé en se faisant passer nos téléphones. Une bien belle soirée…

 

 

 

Vous avez récemment lu

Rendez-vous en terrain connu : chez les Lo Lo noirs

Le Vietnam, pays de propagande

Sur la route du nord du Vietnam – Sites culturels et historiques

Road Trip à moto au Vietnam : notre expérience

Les capitales historiques du Vietnam

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

LEAVE A COMMENT

Un monde en patrimoine

Un monde en patrimoine : Voyager, S'émerveiller. Suivez nos pérégrinations à travers l'Océanie et l'Asie.

Notre Instagram

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien